Story

Fashion week de Paris, mars 2015

Mars 2015 Paris, let’s go to the party girls…

IMG_1780

La Fashion week de Paris pour les collections Défilé a pris fin cette semaine. Et pour ma part, j’ai le plaisir de travailler régulièrement avec Kenzo depuis 2013 et c’est pour cela que je vais le partager avec vous.

Cette prestigieuse maison a eu pour fondateur dans les années 70 cet incroyable japonais Monsieur Kenzo Takada. Il a créé une mode « sport chic et solaire », riche en couleurs et en imprimés, aux coupes nourries de rigueur japonaise.

Une ode au mélange des cultures, aussi, portée par des mises en scène spectaculaires, où Takada pouvait surgir à dos d’éléphant en plein Cirque d’hiver, tandis que Jerry Hall ou Grace Jones crânaient d’être les nouvelles muses de cette époque fiévreuse. M. Takada créait selon un point de vue personnel, il ne suivait pas les tendances.

Le groupe LVMH a mis à la tête de cette maison depuis 2012 les deux jeunes directeurs artistiques Humberto Léon et Carole Lim pour remplacer Antonio Marras présent lui depuis 2003.

Un binome généralissime, fondateurs du concept de boutiques multimarques Opening Ceremony… ça vous parle? Il s’agit d’un concept store multi-marques à New York, mais aussi à Tokyo et à Los Angeles d’où ils sont originaires.

http://www.openingceremony.us

Un lieu où se mélangent créateurs aux imprimés forts et aux coupes de vêtements pointus. Il existe également leur site inspirant.

Et ces deux créateurs Humberto et Carole ont repris les commandes de Kenzo, pour renouer avec la vitalité et l’esprit Jungle Jap des débuts. On retrouve au fil des saisons un style très fort, urbain, coloré, avec un travail des imprimés omniprésents, qui fait donc la continuité avec ce qu’était la maison Kenzo. Ou plutôt la re-branche avec son passé, tout en la propulsant vers demain. Leur feuille de route tient en quelques mots récurrents aux fils des saisons: Le fun. La joie. L’énergie.

Personnellement, j’aime beaucoup ce qu’il font. Saisons après saisons, je découvre en show-room leurs collections avec ravissement. C’est donc un vrai plaisir de participer aux campagne de vente de Kenzo, car je trouve que c’est une mode créative, jeune d’esprit et urbaine par son style communautaire.

 IMG_1841

  IMG_1845

IMG_1854

Publié le 20 mars 2015 | Marqué avec , , , | Commentaires fermés

Boulangerie Chambelland, artisan 100% sans gluten

IMG_1813

Retrouver le plaisir simple de pouvoir déguster des chouquettes sans gluten…

Forcement, vous avez entendu parler du régime sans gluten ou du sans lactose. Vous avez forcement croisé dans votre entourage, quelqu’un qui s’affiche comme un consommateur « gluten-free ». Il s’agit d’une nouvelle mode qui révolutionne la façon de s’alimenter. Vous allez donc ou vous avez déjà rencontré une personne qui doit tenir compte d’une interdiction sur un ou plusieurs aliments. Forcement, puisque cette tendance ne fait que commencer.

Depuis 1 mois mon médecin m’a encouragé à ne plus manger ni gluten, ni caséine (produit laitier) pendant plusieurs mois, afin de vérifier les éventuels bénéfices sur mon organisme. Me voici donc engagée à suivre un régime stricte sans caséine ni gluten.

Mais au fait, c’est quoi?

Il s’agit d’un régime alimentaire qui consiste à éviter toute source de gluten (présent dans certaines céréales dont le blé) et de caséine (présente dans le lait). Ce type de régime est généralement prescrit dans un contexte d’intolérances alimentaires.

Dès lors ma vie d’épicurienne s’est trouvée chamboulée, puisque le gluten se trouve dans à peu près tout, pain, pâte, gâteau, sauce… Sauf que j’ai trouvé LA BOULANGERIE ARTISANALE pour acheter en direct mon pain et viennoiseries.

IMG_1815

Boulangerie Chambelland 14 rue ternaux 75011 Paris Métro Parmentier.                                         Ouverture du mardi au dimanche

L’origine de cet article n’est pas de vous raconter ma vie, mais plutôt de vous faire découvrir ceux qui ouvrent une voie nouvelle dans la fabrication d’aliments. Il est vrai que le sans-gluten se développe beaucoup depuis ces dernières années, mais je dois dire qu’il reste toujours et souvent un peu décevant. Si j’en parle aujourd’hui, c’est qu’ici, ce boulanger réconcilie plaisir et contrainte du 100% sans-gluten. Cet artisan a d’ailleurs mis en place la fabrication de ses propres farines naturellement sans gluten. Et le résultat est là: pains moulés, ficelles, pains d’épices, brownies, tartelettes, chouquettes… Merci pour le choix, vraiment merci car toutes ces textures et saveurs m’émoustillent enfin les papilles gustatives…

Publié le 6 mars 2015 | Marqué avec , , , | Commentaires fermés

Happy New Year 2014

Happy2014

Je vous souhaite une très belle année 2014… lumineuse, légère et drôle

 

 

Publié le 2 janvier 2014 | Commentaires fermés

Tout est une question d’état d’esprit…

should I stay or should I go?

should I stay or should I go?

Publié le 19 novembre 2013 | Commentaires fermés

New life

New life

 

La vie nous réserve des surprises… de très bonnes, de bonnes, de moins bonnes. Mais aussi de celles qui nous choquent, nous abassourdissent et peuvent même nous pulvériser en plein vol. Il y a des événements incontrôlables  qui nous emportent au delà de nous…

 

 

Publié le 21 mars 2013 | Commentaires fermés

Jil Sander

Visuel Jil Sander Spring-Summer 2011 par Willy Vanderperre

J’ai envie de partager mon coup de coeur pour la magnifique campagne de pub de la collection Jil Sander Printemps-été 2011 par le photographe Willy Vanderperre.

Ses photos nous renvoient plus à l’univers de la peinture qu’à celui de la photographie. J’aime le traitement pictural par la surexposition. Ce procédé met en avant les qualités esthétiques du vêtement plutôt que celui du mannequin. Il souligne ainsi l’intensité de la couleur, de la ligne pure du modèle.

Visuel Jil Sander Spring-Summer 2011 par Willy Vanderperre

Le nom de Jil sander est devenu synonyme d’une mode particulièrement épurée et discrète. La créatrice allemande, qui a lancé sa première collection pour femme en 1973, est étroitement associée au minimalisme des années 90, bien que sa philosophie de la mode soit loin d’être simpliste. Elle utilise dans ces créations féminines des tissus traditionnellement associés à la mode pour homme, produisant un style cool et androgyne qui devrait perdurer tout au long de sa carrière : parmi ses signatures de l’époque, on peut citer la chemise blanche parfaitement coupée et le tailleur-pantalon.

Jil Sander est également connue pour avoir développé et utilisé des tissus high-tech extrêmement luxueux. Les proportions rigoureuses de ses vêtements lui ont valu des clientes fidèles parmi les femmes actives.

Après l’introduction en bourse de son entreprise en 1989 s’ensuit une période d’expansion rapide qui voit l’ouverture de boutiques à Paris (56 avenue de Montaigne), Milan et New York au début des années 90. En 1997, Jil Sander présente sa première collection pour homme à Milan. En 1999, le groupe Prada, rachète une part majoritaire de Jil Sander AG et, l’année suivante, elle quitte la société ; en novembre 2000, Milan Vukmirovic est nommé directeur de la création des collections pour homme et pour femme. Mais à la grande surprise de tous, Jil Sander revient dans son entreprise en 2003 et pendant trois saisons, elle impressionne la presse comme ses clientes grâce à une esthètique subtilement féminine. En novembre 2004, elle se sépare de nouveau de sa marque et du groupe Prada. Depuis, une équipe de créateurs, dont la plupart des membres a été directement formée par Jil Sander, continue d’interpréter sa vision pure et sans concession.

Depuis mai 2005, la maison Jil Sander a le talentueux couturier belge Raf Simon au poste de directeur de la création. Ses vêtements sont sans doute un peu moins sensuels que ceux de la créatrice, mais excentriques et modernistes avec toujours un style pur et linéaire.

Quant à elle, Jil Sander est nommée directrice artistique de la marque japonaise Uniqlo en 2009.

Publié le 15 mars 2011 | Marqué avec , , , | Commentaires fermés

Portrait d’Alber Elbaz pour Lanvin

La Fashion week va commencer cette semaine, et je pense qu’il s’agit du moment idéal pour saluer Monsieur Alber Elbaz


J’ai décidé de faire le portrait de cet homme qui sublime la femme Lanvin depuis 2001

« Sa grâce et son esprit contribuent à le tenir hors des sentiers balisés… »

J’aime l’approche, la sensibilité  et l’empathie qu’il met dans son travail. Non seulement ses collections sont toutes plus sublimes les une que les autres, mais également portables (enfin pour celles qui ont la chance de pourvoir se les offrir)

-Addict au confort Pour lui la beauté et le confort vont de paire. « C’est par le confort que la beauté se révèle. Il met un soin extrême a concilier la majesté d’une coupe et la fluidité du mouvement. La robe est le symbole de la facilité. Un vêtement doit accompagner. Les femmes ont envie de bouger, de vivre avec. Le mouvement est essentiel pour moi, c’est la vie ».

Pour moi aussi Monsieur Elbaz, en vélo ou en métro il faut que je sois libre de mes mouvements. Je m’imagine vêtue d’une de vos robes (plutôt dans les tons chauds, pour ma carnation) sur mon beau vélo Sparta vintage Hollandais, dévalant la côte de Belleville (eh oui s’il vous plait et depuis le métro Télégraphe) telle une amazonne urbaine personal shopper à l’assaut des boutiques pour mes clientes…

-L’amour des belles femmes, tel est son mantras. Je veux « créer la robe qui donnera la force de tomber amoureuse à celle qui le porte ». Voilà son positionnement, il rend la femme active et non passive. Bravo Monsieur Elbaz, vous révolutionner l’image de la belle, non contemplative.



-Devoted designer, le goût du story telling « Quand je dessine une collection, mon point de départ est une histoire imaginaire »…un créatif onirique et pragmatique qui dessine, dessine et dessine avec en plus une vision d’ensemble pour déployer l’image de la maison à travers ses collections, accessoires, vitrines pour que la création soit la plus aboutie possible… Il supervise, propose et invente sans relâche…

-A travers le miroir J’essaie toujours de me mettre dans la robe et en dehors de la robe… Magnifier le réel, sublimer l’image. Les robes qu’il dessine sont des manifestes à la beauté. « Je suis la personne qui la porte et la personne qui observe, ainsi je le ressens, je sais à quoi cela va ressembler et ce que je ressentirai lorsque je le verrai »

Voilà les grandes lignes sur l’univers d’Alber Elbaz, mais j’y reviendrais très prochainement…

Sinon le défilé Lanvin aura lieu le vendredi 4 mars à 17h30 à l’Espace éphémère des Tuileries


Publié le 28 février 2011 | Marqué avec , , | Commentaires fermés

Les dessous…

Et si avant de penser au dessus on se penchait sur nos dessous?

Je ne sais pas pour vous, mais moi, j’aime bien la lingerie confortable en coton, ultra minimaliste du style Erès (mais c’est juste l’esprit car mettre une fortune dans un petit bout de tissus ne fait pas partie de mes priorités) du coup je suis une consommatrice fidèle de la marque Petit bateau.
Mais parfois je me dis aussi « Exit les culottes délavées en coton, c’est pas vraiment sexy en hiver et ça ne booste pas mon self-confidence ». Du coup j’ai eu envie de tester pour vous, une boutique.

TAB lingerie, référencée dans  Chic et jolie à petit prix.
52, rue de la Chaussée d’Antin 75009

Cette boutique n’attire pas vraiment le regard (elle est tout au fond d’un couloir), mais il paraît qu’elle recèle de véritables trésors au doux nom de Lise Charmel, Aubade et Simone Pérèle,  les parures à 50€. J’arrive donc dans l’antre de la femme qui ne se laisse pas aller et à l’affut de bons plans…Petite boutique de 10m2 qui regorge de marchandises…

Trois femmes d’âge mures s’afférent… l’une s’occupe d’un couple, l’autre perchée sur une échelle et la troisième m’invite vers le fond de la boutique en me demandant ce que je souhaite tout en me plaquant le pull  sur la poitrine afin de vérifier mes mensurations… Le verdict 95 A, hein ?!… (je croyais que c’étais 90 B ?!) Je me laisse faire, ce professionnalisme mi dictateur, mi maternel m’envoie en souvenir à ma pré-adolescence pour une de mes premières escapades mère-fille dans une boutique spécialisée bonneterie corsetterie de ma province…

Vous avez de la chance je viens de recevoir des merveilles, je vais vous montrer… et hop voilà ni une ni deux j’ai sous les yeux trois modèles de lingerie… féminine, noire et rembourrées !!! (gloups, on est vraiment bien loin de la délicatesse Eres…)

- …euh, vous n’auriez pas plutôt du balconnet classique en broderie anglaise?…

- Non, mais essayez ça !

J’essaie on ne sait jamais (si cela se pose bien sur ma poitrine, hé hé c’est  peut-être ça finalement le secret…)

Déception, sur les 3 modèles j’ai l’air d’un pauvre chat tout mouillé avec son système air bag de sorti…

- Alors ?

- Ben non… pas vraiment,  c’est pas joli là, j’ai l’impression d’une imposture.

- Mais c’est ça qu’il vous faut, vous êtes grande il faut reproportionner cette petite poitrine… là mettez votre pull…vous allez voir

- Non, non vraiment c’est pas mon style, il y a tromperie sur la marchandise. Cela d’ailleurs me rappelle une expression entendue à Marseille: la cagole c’est comme les oignons plus tu épluches plus tu pleures…

- Ah mais non c’est comme ça regardez les affiches, si vous voulez faire mannequin, il faut vraiment reproportionner la silhouette !

- Non mais c’est quoi, vous n’allez pas me dire de me faire un complexe sur ma poitrine, quand même ? Je me rhabille, énervée de cette situation…En ressortant de cette cabine couverte de photos de bimbos bronzées, ma vendeuse de 1m50 à la poitrine conique et opulente m’attend avec le modèle le moins pire avec en duo le string et la culotte affriolante pour la modique somme de 95 €. Je n’ai qu’une envie partir, moi et ma lingerie en coton car finalement c’est quand même très mignon.

Publié le 21 novembre 2010 | Commentaires fermés